Archives du mot-clé peau sensible

savon aux fleurs de calendula et lavande

Voici la recette du savon que j’ai réalisé au cours de l’atelier de saponification à froid. Si vous souhaitez faire cette recette chez vous je vous conseille de lire cette fiche très complète qui décrit les précautions à prendre pour manipuler la soude ainsi que les différentes étapes pour réussir son savon.
savonboisholavande

Je souhaitais un savon très doux, pour le visage et le corps, adapté à une peau très fragile. Mon savon est encore en cure (il reste trois semaines) je vous dirai si à l’utilisation il est à la hauteur de mes attentes.

à savoir : je vous déconseille d’utiliser des huiles végétales précieuses ou chères pour la pâte à savon. La réaction avec la lessive de soude en altèrera les propriétés. Il vaut mieux les utiliser au moment de la trace (quand la pâte est devenue épaisse), en surgraissage, elles ne seront pas altérées car non saponifiées.

Notes sur les ingrédients
– huile végétale de coprah : obtenue à partir de pulpe de Coco séchée, puis raffinée et désodorisée elle est intéressante en saponification à froid car sa composition riche en acide laurique permet d’avoir un savon moussant. Moins chère que l’huile de coco (réalisée à partir de coco fraîche) elle est idéale pour faire la pâte à savon. 
– huile végétale de carthame : antioxydante et riche en vitamine E elle prévient le vieillissement de la peau. C’est un ingrédient particulièrement intéressant car cette huile est sèche au toucher et pénètre bien dans la peau et les cheveux. Émolliente, elle prévient la déshydratation des peaux fragiles. 
– le beurre de karité : c’est un bon ingrédient pour la dureté du savon. Il protège la peau des méfaits du soleil et a des propretés cicatrisantes. Il nourrit la peau en profondeur, parfait pour les peaux sèches.
– huile d’olive : émolliente, adoucissante, nourrissante, je l’utilise très souvent dans mes préparations. Parfaite pour les peaux fragiles et sensibles elle entre également dans la composition du savon de Marseille et du savon d’Alep. (Je l’utilise au moment du surgraissage afin de préserver ses propriétés.
– macérât de fleurs de calendula : anti-inflammatoire, antioxydante, elle est cicatrisante, elle convient aux peaux brûlées ou irritées. Dans le savon je l’utilise en actif au moment du surgraissage.
– huile essentielle de bois de Hô : ses propriétés sont proche du bois de rose. Antibactérienne, elle régénère les tissus. Je l’utilise ici pour son parfum très subtil, doux et rafraîchissant. 
– huile essentielle de lavandin super : cicatrisante pour la peau et relaxante, son parfum frais, d’herbe fraîche est très agréable dans un savon.

Pour qui ?
Tout le monde !

LA RECETTE : pour un savon de 110 g

Phase A : 
– 21,1 g d’huile végétale de coprah
– 21,1 g d’huile végétale de carthame
– 28,3 g de beurre de karité

Phase B :
– solution commerciale de soude caustique 30,5% 

Phase C : 
– 2, 5 g d’huile d’olive
– 1, 5 g de macérât de calendula
– 2 g d’huile essentielle de bois de hô
– 1, 2 g d’huile essentielle de lavandin super
– 0, 1 g d’oxyde bleu

Commencer par bien s’équiper, blouse de protection, lunettes, gants en latex. Protéger votre plan de travail avec du papier journal, eau et vinaigre à portée de main pour calmer toute brûlure à la soude. À lire avant de commencer…

Mettre chaque phase dans un récipient, ce sera bien plus facile pour la suite et huiler légèrement votre moule.

Transvaser la phase A dans une petite casserole et faire chauffer au bain-marie jusqu’à ce que le beurre soit fondu. Dans un bécher, transvaser la phase B. Quand le beurre a fondu transvaser la phase A dans un bécher haut (plus sécurisant). Verser lentement la phase B dans la phase A (et pas l’inverse !) en mélangeant l’aide d’un mixeur plongeant jusqu’à l’obtention d’une trace fine. Ajouter la phase C en mélangeant avec le mixeur puis couler immédiatement la pâte à savon dans le moule. Recouvrir le savon d’un torchon propre, laisser durcir le savon pendant environ 72 h puis placer-le 2 h au congélateur avant de le démouler (ce sera plus facile). Enfin, laisser sécher à l’air libre pendant 4 semaines (c’est la cure). Puis vérifier au bout de 4 semaines si votre savon n’est pas caustique, la meilleure méthode est d’utiliser le bout de la langue, s’il n’y a pas de picotement, pas de soucis, à la douche !

Personnalisation de la recette : Il suffit de changer les ingrédients de la phase C en conservant les proportions, vous obtiendrez ainsi un savon aux propriétés très différentes.

Sur le blog de Réo vous pouvez trouver des tutos en images qui aident à comprendre les différentes étapes de la saponification à froid. Et vous ça vous tente de faire vos savons ?

lotion démaquillante biphasée, amande avocat bleuet

huilebiphasee

Cette lotion démaquillante très douce permet de nettoyer le visage et les yeux sensibles. Les huiles végétales vont dissoudre le maquillage, l’eau florale laisse la peau fraîche. Idéal pour hydrater et nourrir le contour des yeux très fragile.

Note sur les ingrédients :
– l’huile végétale d’amande douce : Emolliente, elle nourrit la peau et lui donne un toucher doux.
– l’huile végétale d’avocat : elle convient bien aux peaux très sensibles et fines (contour les yeux, cou, buste). Restructurante elle apporte de l’élasticité à la peau, et aide à soigner les petits bobos. Elle convient bien aux peau matures et aux peau très sensibles (eczéma, psoriasis…).
– hydrolat de bleuet : il décongestionne et apaise les yeux fatigués et irrités. L’eau de bleuet est antiseptique et anti-inflammatoire et soulage les petites blessures cutanées. Il rafraîchit et tonifie la peau.
– la vitamine E : antioxydant naturel elle permet aux huiles de ne pas rancir et de se conserver, c’est également un actif qui prévient le vieillissement cutané, il permet à la peau de maintenir son hydratation.

Pour qui est faite cette lotion :
– se démaquiller le visage et les yeux tout en apportant un soin à la peau.
– en lotion tonique, en l’utilisant le matin et le soir.
– en soin des peaux sèches et des yeux sensibles.

LA RECETTE : 

Phase huileuse 50 % : 

– 25 % huile végétale d’amande douce
– 25 % huile végétale d’avocat

Phase acqueuse 50 % :

– hydrolat de bleuet

Ajout :

– vitamine E

Mélanger dans un récipient les huiles végétales (phase huileuse) et quelques gouttes (en fonction de la quantités souhaitée) de vitamine E. Dans le pot prévu à cette effet, verser l’hydrolat de bleuet puis le mélange d’huiles. Bien secouer avant utilisation, conserver de préférence au réfrigérateur.

Personnaliser la recette : il est possible de remplacer l’hydrolat de bleuet par la rose ou une eau plus adaptée à votre peau, idem pour les huiles en vérifiant qu’elles puissent être appliquées sur le contour de l’oeil.

liniment oléo-calcaire olive et cire d’abeille

liniment

Le liniment est connu pour être un bon nettoyant doux pour le change des nourrissons. Il est également un très bon lait démaquillant ainsi qu’une crème hydratante efficace. Ce lait convient aux peaux les plus sensibles et est très facile à réaliser.

Note sur les ingrédient :
– l’huile végétale d’olive : emolliente et calmante elle nourrit la peau en profondeur et apaise les irritations. Elle est à elle seule un très bon soin réparateur allié des peau les plus sensibles (eczéma, psoriasis…) ainsi que des peau matures.
– l’eau de chaux : ingrédient indispensable pour le liniment, est un nettoyant qui sert également à augmenter le PH des préparations acides. Elle ne doit pas être utilisée pure sur la peau. Dans le liniment, l’eau de chaux réagit avec l’huile végétale pour former une sorte d’émulsion  « eau dans huile » (dispersion de gouttelettes d’eau dans l’huile), elle ne présente alors plus aucun risque pour la peau.
– la cire d’abeille : c’est un très bon agent de texture naturel, qui va permettre au liniment d’avoir une texture stable. Il épaissit les émulsions, durcit les baumes et les savons. On peut également s’en servir pour faire des bougies, qui auront l’odeur caractéristique et sucrée du miel.
– l’extrait de pépin de pamplemousse : Conservateur naturel antibactérien et antifongique, il permet la conservation des préparations cosmétiques contenant une phase aqueuse (eau, hydrolat).

Pour qui est faite cette préparation :
– les nourrissons et les enfants, en lait nettoyant
– pour se démaquiller en douceur
– lait hydratant et nourrissant des peaux les plus sensibles (eczéma, psoriasis) et des peaux matures.

LA RECETTE : pour environ 250g
– huile d’olive : 123g
– eau de chaux : 123g
– cire d’abeille : 5g
– extrait de pépin de pamplemousse (ou autre conservateur) : 28 gouttes soit environ 1,8g

Au bain marie, faire fondre la cire d’abeille dans l’huile d’olive. Dès que la cire est fondue, retirer du bain-marie et ajoutez l’eau de chaux en fouettant à la fourchette ou avec un petit fouet. La crème obtenue sera jaune légèrement verte. Transvaser dans un pot à l’aide d’un entonnoir ou d’une seringue si nécessaire. La préparation se conserve plusieurs mois, bien agiter avant chaque utilisation.

personnaliser la recette : pour ceux qui n’aiment pas l’odeur de l’huile d’olive il est possible d’utiliser une autre huile végétale comme l’amande douce, le tournesol, l’avocat… Il est également possible de faire un mélange de plusieurs huiles végétales afin de bénéficier de propriétés ciblées. 

 

Baume monoï Karité coco

baumemonoikarite

Ce baume fondant a une odeur gourmande caractéristique du monoï et de la noix de coco. Il est utilisable pour nourrir la peau et les cheveux. En bain d’huile sur les cheveux (laisser poser une noix sur la pointe et les longueurs quelques heures ou une nuit avant de faire un shampooing). Il leur apportera douceur et brillance. Le bain d’huile avant chaque shampooing est le seul moyen efficace pour retarder l’apparition des fourches, il permet ainsi d’aider à la pousse des cheveux.

Note sur les ingrédients :
– le monoï : Il résulte de la macération de fleurs de tiaré dans une huile végétale de Coco. Il bénéficie donc des mêmes propriétés que l’huile végétale de coco, le parfum des fleurs en plus.

– l’huile de coco : Pour la peau, elle est très nourrissante et réduit sa déshydratation. Elle est idéale pour les peaux abimées, crevassées, très sèches c’est un bon soin en prévention des vergetures. Pour les cheveux elle les nourrit en profondeur. Bon allié des cheveux frisés et des cheveux aux pointes sèches.
 – le beurre de karité : il aide à la cicatrisation et possède des qualités anti-inflammatoires. Le beurre de karité offre également une légère protection contre les méfaits du soleil (mais ne remplace pas une crème solaire). Il possède avec l’huile de coco un véritable effet apaisant pour la peau.

Pour qui est fait ce baume :
– les peaux très fragiles, sensibles et abimées (atopiques, eczéma)
– soin après soleil
– baume réparateur pour les mains irritées
– soin après épilation ou rasage
– masque avant shampooing pour cheveux fragilisés
– en protection contre les vergetures
– et pour son délicieux parfum gourmand et sucré !

LA RECETTE :
– 50 g de monoï

– 50 g d’huile de coco
– 50 g de beurre de karité
– 6 gouttes de vitamine E (antioxydant naturel qui empêche le rancissement des huiles)

Faire fondre au bain-marie le monoï, l’huile de coco et le beurre de karité. Les huiles fondues, ajouter la vitamine E, bien mélanger. Versez votre préparation dans un pot prévu à cet effet. Laisser refroidir, l’ensemble va progressivement se figer et devenir totalement opaque. Il est possible d’accélérer le processus au réfrigérateur. Ce baume est peu sensible à l’oxydation, il peut être conservé longtemps.

Pour personnaliser la recette il est possible d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle d’ylang ylang (embellit la peau et les cheveux, accentuera l’odeur exotique), ou de bois de rose (très bon contre les fourches et pour les peaux matures.